Groupes de Travail & Taskforces

Groupes de travail ECA, Taskforces ECA, et participation à d’autres forums

 

Les groupes de travail (GT) et Taskforces se composent d’experts représentant les membres de l’ECA qui définissent un positionnement clair de l’industrie, favorable à tous les membres.

Groupe de travail sur la sécurité alimentaire: traite des problèmes actuels et émergents et surveille les développements réglementaires concernant principalement les contaminants, les pesticides et d’autres questions d’intérêt commun. Les membres du GT apportent également leur contribution à des déclarations scientifiquement fiables (à usage interne ou pour les clients) et à des documents de position adressés aux institutions de l’UE. Au sein du groupe de travail, plusieurs Taskforces se concentrent sur des questions spécifiques.

Groupe de travail conjoint sur les contaminants : opère en coopération entre les experts d’ECA et de CAOBISCO et se réunit deux fois par an. De nature technique, ce groupe de travail surveille les développements réglementaires liés à la sécurité alimentaire. Les activités du GT conjoint sont complémentaires à celles du GT sur la sécurité alimentaire, à savoir la discussion sur les menaces et les préoccupations émergentes, et le développement de stratégies conjointes et de positions sectorielles à adresser aux autorités nationales, européennes et internationales. Ce groupe de travail collabore avec ICCO, des instituts de recherche au niveaux de l’UE et des pays producteurs de cacao, et avec des fabricants de produits phytopharmaceutiques.

Groupe de travail conjoint sur la qualité et la productivité (Q&P) : traite des aspects tels que les variétés, les goûts étrangers, la moisissure, la réduction des acides gras libres, la gestion des nuisibles et des maladies et le matériel végétal. Des experts de l’ECA, FCC et Caobisco s’y retrouvent deux fois par an.

Fonds de Recherche conjoint : L’ECA, CAOBISCO et la FCC s’engagent en faveur d’un cacao plus durable, permettant de consommer le cacao en sécurité, de répondre aux exigences de qualité des fabricants et de répondre à la demande croissante de cacao. Compte tenu de la diminution des niveaux de rendement (les rendements moyens actuels du cacao sont d’environ 400 kg/ha) et de qualité dans plusieurs pays, de la nécessité de réhabiliter les terres productrices de cacao existantes (à travers le matériel de plantation, les engrais), et de l’intérêt croissant des consommateurs pour la durabilité, l’examen des impératifs du secteur, en termes de durabilité, de la qualité et de la productivité est une priorité cruciale.

En 2013, l’ECA, FCC et Caobisco ont uni leurs efforts pour créer un Fonds de recherche conjoint, actuellement géré par l’ECA. En moyenne, trois projets (d’une durée de deux à cinq ans généralement) sont gérés parallèlement par le Fonds.

Projets achevés et en cours :

Groupe de Travail de l’ECA sur le commerce : surveille l’évolution de la politique de commerce international de l’UE, notamment les négociations des accords de libre échange et des accords de partenariat économique, les systèmes de tarifs préférentiels (système de préférences généralisé), les règles d’origine et les dossiers spécifiques de l’OMC. Ce groupe traite également les barrières non tarifaires (p. ex. les questions SPS et les exigences administratives). Il définit une position commune de l’industrie cacaoyère européenne et se charge de la communiquer clairement aux institutions européennes.

Taskforce ECA COOL : traite l’étiquetage volontaire ou obligatoire des produits alimentaires et travaille de façon active depuis 2014.

Taskforce de l’ECA sur la déforestation: en septembre 2017, l’ECA a mis en place une Taskforce sur la déforestation pour suivre et répondre aux développements de l’UE et internationaux en matière de déforestation, dans la chaîne d’approvisionnement du cacao. De même, les experts ECA travaillent de manière précise et régulière sur la rédaction de l’exposé de la position de l’ECA, établissant un ensemble de priorités d’action, notamment pour identifier et prioriser le soutien nécessaire de la part de l’UE afin que les solutions puissent être implémentées dans les pays producteurs de cacao. Les membres de la Taskforce entretiennent un dialogue régulier avec les autorités de la Commission européenne, ainsi qu’avec d’autres organisations internationales et liées au cacao afin d’échanger leurs points de vue sur les actions à intensifier tant du côté de la demande que de l’offre de la chaîne de valeur du cacao.